AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Enjøy, n'oubliez pas, un état d'esprit.

Partagez | 
 

 La face cachée de l'histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tristania
Floodeur padawan


Nombre de messages : 263

MessageSujet: La face cachée de l'histoire   Dim 11 Jan - 10:17

Après le post de Anger, j'ai eu envie de vous présenter certaines choses, ce qui va suivre n'a pas été écris par moi.

Mais c'est l'histoire, celle que l'on ne vous raconte pas à l'école.



C'est au cours d'une promenade dans la forêt mythique de Teutberg située aux alentours de Padeborn, que Himmler, écoutant les conseils de son mentor, le mystérieux mage noir Karl Maria Willigut, décida d'acquérir les ruines d'un château abandonné qui devait devenir le grand temple de la S.S.



Le Burg a été reconstruit suivant la règle du nombre d'or, l'orientation géographique voulue par Himmler est consciemment anti-chrétienne. Sa direction nord-sud contrastant avec l'orientation est-ouest des églises chrétiennes renforce son aspect païen et sa destination magique. Himmler a voulu faire du Wewelsburg l'Axis Mundi, centre symbolique du monde, la tour nord qui pointe vers la Thulé mythique, terre natale des aryens, en est l'axe central qui est figuré par une représentation du Soleil Noir.



La forme triangulaire du château, unique en Allemagne, symbolise la lance de Longinus qui transperça le flanc droit de Jésus-Christ et détiendrait des pouvoirs occultes. Celui qui s'en empare, devient le maître de cette puissance pour le bien ou le mal de l'humanité. Le Reichsführer, quant à lui, féru de spiritisme, affirmait avoir le don d'évoquer les morts disparus depuis au moins cent ans. C'est au cours d'une nuit, qu'il prétendit avoir communiqué avec Artus, roi légendaire, créateur de la Table Ronde. Il s'en inspira pour créer un cénacle de douze chevaliers incorruptibles choisis parmi sa garde personnelle qui lui était vouée corps et âme. Mais c'est certainement le roi Henrich Ier dit l'Oiseleur, exterminateur de slaves, qui marqua le plus Himmler, celui-ci affirmait être sa réincarnation avec toutes les conséquences dramatiques que cela engendra.

Himmler fit de la lance du destin et de la mythologie nordique les thèmes principaux de la décoration, chaque pièce fut aménagée et décorée de manière à personnifier le style de vie, les traditions et les croyances de chaque héros fabuleux de ces mythes. Une pièce dédiée à Frédéric Barberousse, toujours fermée, était réservée à Adolf Hitler, d'autres étaient décorées à l'effigie d'Otton le Grand, Henri le Lion, Frédéric Hohenstauffen, le Roi Arthur et le Graal, Henri l'Oiseleur.

Chaque chambre contenait d'authentiques objets d'époque, des épées, des blasons, des armures ainsi que des vêtements et des bijoux ayant appartenus à ces personnages héroïques. Pour se les procurer Himmler pilla les musées et les collections privées d'Europe. Le burg abritait entre autre un observatoire astronomique et des laboratoires de recherche archéologique.



Les chefs nazis trouvèrent à leur disposition des rayons de bibliothèque contenant douze mille volumes traitant de sujets aussi variés que l'histoire, les légendes, la magie, la politique, l'ésotérisme. Les ailes du château divisées en cellules servaient de salles d'études et de méditation.



Les caves et les souterrains, lieux d'initiation par excellence au même titre que la caverne étaient eux aussi aménagés afin de recevoir l'élite ésotérique du nazisme, celle-ci devait se consacrer à des recherches, entre autre pour capter les forces naturelles et surnaturelles du monde.



Spiritisme, sorcellerie, magie noire du Moyen Age, théorème de Pythagore, formule d'incantation du Pentagramme de Faust, tout devait être mobilisé en faveur de la victoire et de la quête du Graal. La grand messe pouvait alors commencer et les forces obscures déferler sur l'Europe. Ce sanctuaire fut le centre de nombreuses réunions initiatiques, Himmler avait décidé de créer un laboratoire d'où devait surgir le «corps glorieux de l'homme dieu germanique » représenté par l'élite ésotérique de l'ordre noir. Le Reichsführer entourés de nombreux initiés dont Karl Krafft, Karl Haushoffer, Willigut et bien d'autres enseignèrent des rituels très anciens qui remonteraient aux instructions secrètes données dans l'antiquité germanique aux membres des confréries des guerriers.



L'enseignement SS puisait ses sources dans le savoir des sociétés de Thulé et du Vril, qui basaient leur recherche de la vérité matérielle dans le domaine du spiritisme supérieur, ainsi que dans l' étude des pouvoirs magiques des « Supérieurs Inconnus », afin de prouver l'importance du rayonnement psychique de certains êtres sur le monde. Pendant que des litanies païennes chantées retentissaient dans les couloirs de la forteresse, les réunions destinées à faire revivre le mythe du sang pouvaient commencer. Celles-ci débutaient par des exercices de méditations proches des rites préconisés par Gurdjieff, l'élève se rendait ensuite dans la crypte. Au fond de celle-ci, étincelait une sorte de coquillage destiné à incinérer les blasons des soldats les plus valeureux tandis que ceux-ci reposaient sous le choeur de la chapelle.

L'impétrant était soumis à une initiation secrète. Enfermé dans une minuscule cellule dont l'unique décor se limitait au double rune SS, il devait connaître les grandes théories hyperboréennes, la légende de l'Agarttha ainsi que le symbolisme du Graal. Il devait se préparer à de nombreux rites secrets, à des recherches ascétiques proche des exercices de yoga pratiqués par certaines écoles guerrières de l'Inde védique, voisin également des sacrifices infligés au guerriers germaniques, les épreuves sanglantes, telle entre autre que le combat avec un chien enragé étaient aussi au rendez-vous. L'art de la récitation magique et l'interprétation de certains points obscurs de grandes oeuvres poético ésotériques comme le Parzival et le Titurel faisaient parties des exercices les plus compliqués, la récitation devait répondre à certaines lois, les sons étant considérés comme des ondes pouvant agir sur certaines forces magiques. Tout initié qui dévoilait le moindre secret était passible de la peine de mort C'est suivant ces règles strictes que la vie de la forteresse continua jusqu'au printemps 1945, brusquement, la vie du Burg s'arrêta, accréditant une des prophéties concernant la Lance de Longinus celle-ci fut retrouvée à Nuremberg par les américains le jour même où Hitler se donnait la mort.



Himmler donna l'ordre de faire dynamiter le Burg le 31 mars 1945, mais l'arrivée des troupes américaines empêcha sa destruction totale, seule la tour nord subsista. Depuis, le Wewelsburg a été reconstruit, témoin d'un passé de sorcellerie, on le transforma en musée.

(désolé pour la taille des images, c'est imageshack -_-)


D'autres posts rejoindrons celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Tristania
Floodeur padawan


Nombre de messages : 263

MessageSujet: Re: La face cachée de l'histoire   Dim 11 Jan - 10:25

Si vous avez des questions sur les personnalités, etc.... posez les.

Himmler : chef des SS, de la Gestapo, bras droit d'Hitler, superviseur des camps de concentration, il a été un des acteurs de la "Solution Finale".


Les nazis ont beaucoup travaillés sur les forces occultes, ce que je viens de vous montrer n'est qu'un très bref résumé. Beaucoup de choses ce sont passés entre les murs de ce bâtiment.
Revenir en haut Aller en bas
Tristania
Floodeur padawan


Nombre de messages : 263

MessageSujet: Re: La face cachée de l'histoire   Dim 11 Jan - 21:35

Golden Dawn

En 1880 apparut l'une des plus célèbres sociétés, l’ordre hermétique de l'Aube dorée . Elle comptait en son sein le personnage le plus maléfique de son époque, Aleister Crowley, un étrange mage féru de sciences occultes, auteur de nombreux ouvrages dont le plus célèbre est la traduction d'un imaginaire grimoire hébreu, la magie sacrée d'Abramelin le mage. Crowley fit paraître les documents de la Golden dawn dans dix numéros d'un magazine nommé l’Equinoxe aux pages volontairement incompréhensible. Un autre membre de la Golden Dawn, Israël Regardie, entreprit la publication d'un ouvrage en quatre volumes, The Golden Dawn, texte plus explicite que l’Equinoxe. La Golden Dawn avait pour mission l'étude et la pratique de la magie rituelle, comme par exemple l'invocation de démons. Sa source principale furent des documents rosicruciens trouvés dans une bibliothèque Franc maçonne traduit par le Dr William Wescott et Mc gregor Mathers.

Arthur Machen, Algermon Blackwood, Sax rohmer, Robert Louis Stevenson et Bram Stoker firent partie de cette société secrète, il est important de souligner que Lovecraft dut certainement lire ces publications, car comme il le souligne dans Epouvante et surnaturel en littérature, Machen et Blackwood furent ces principaux inspirateurs . Dans L'affaire Charles Dexter Ward, Le cauchemar d'Innsmouth et enfin Le monstre sur le seuil, Lovecraft fait référence à Arthur Edward Waite, un célèbre membre de la Golden Dawn, occultiste, auteur d'un livre de magie noire très populaire aux Etats unis et en Angleterre. Lovecraft a certainement puisé dans le grand Dieu Pan, le puissant Shub Niggurath, le bouc aux mille chevreaux ainsi que son fils monstrueux, dans le roman du Cachet noir il utilisera la fameuse scène du tentacule jaillissant de l'estomac d'un homme possédé décrite avec brio par Machen.


Ceci n'est qu'une introduction, si le sujet vous intéresse (et il l'est, intéressant) je vous propose 2 liens pour approfondir (les articles sont assez longs c'est pour ça que je les ai pas mis ici, pour pas vous décourager mdr).

http://www.webzinemaker.com/admi/m9/page.php3?num_web=31230&rubr=3&id=273204

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aube_dor%C3%A9e
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La face cachée de l'histoire   Dim 11 Jan - 22:49

Oué mais non

La flemme de lire c'est trop long XD
Revenir en haut Aller en bas
Askhera
Maître du flood


Nombre de messages : 964
Age : 26
Humeur : Emmerde Michel le Gentil

MessageSujet: Re: La face cachée de l'histoire   Dim 11 Jan - 22:51

Au passage (post très intéressant déjà) Golden Dawn a donné Argent Dawn sur wow (Aube d'argent)
Revenir en haut Aller en bas
Tristania
Floodeur padawan


Nombre de messages : 263

MessageSujet: Re: La face cachée de l'histoire   Mar 13 Jan - 21:08

Erzébet Bathory



Erzébet arpente de sa beauté troublante les nuits glaciales de notre histoire, de nos légendes. Son seul nom suffit à inspirer l'épouvante, la mort, à griffer nos tympans. Pourtant connaissons-nous sa véritable histoire ? Pourquoi ce maelström de violence, de meurtre et de sang ?

Depuis leurs origines, les Bathory se distinguent et forment un clan, d'un mystique qui traduisit la bible jusqu'à une comtesse se baignant dans le sang. Tous étaient tarés, cruel et luxurieux, fantasques et courageux, écrit Valentine Penrose, seule biographe de la comtesse.
Famille princière de Transylvanie, descendance d'horreur dans une patrie où créatures de la nuit et vampires dansaient sur les cadavres des villageois .

Le nom Bathory est sans doute d'origine allemande. Le clan a trouvé son nom vers la fin du XIIIème siècle sous le règne de Ladislas IV, où un chevalier mérita pour sa bravoure le nom de Bator, soit "le courageux".
De cette suite de portraits des Bathory se dégagent comme des émanations de folie. Les tares se transmettent, les Bathory souffrent de la goutte mais aussi d'un mal inconnu et étrange pour l’époque, l’épilepsie. Toute sa vie Erzébet se plaindra d'horribles maux de têtes .

Mon époux bien aimé, je vous écris au sujet de mes enfants. Grâce à Dieu, ils vont bien mais Orsik à mal aux yeux et Kato a mal aux dents. Je vais bien, mais j'ai mal à la tête et aux yeux aussi.

Erzébet, lors de la rédaction de cette lettre, n'est pas encore devenue un monstre, elle n'a que 36 ans.


Génealogie

Etienne Bathory, nommé prince de Transylvanie en 1571, réussit à devenir roi de Pologne le 10 juillet 1575 ; un règne de gloire et de conquêtes . Il reforma l'armée, créant la cavalerie polonaise pour contrer les attaques d'Ivan le terrible et mourut le 12 décembre 1586, épileptique... Un autre oncle, Istvan, illettré, menteur, faux monnayeur, finit ses jours dans le délire :

Une folie telle qu'il prenait l'été pour l'hiver et se faisait alors voiturier en traîneau, comme par temps de neige sur des allées couvertes de sable blanc.




Gabor Bathory

Gabor Bathory, cousin d'Erzébet fut Roi de Transylvanie en 1608, il se rendit célèbre pour ses débauches et son orgueil. Il commit l'inceste avec sa soeur Anna dont il eut deux enfants qui moururent avant l’âge de 12 ans . Il mourut le 27 octobre 1613, tué soit par ses ennemis, soit par une foule vengeresse.
Un second Gabor, célèbre pour ses crises de possession au cours desquelles il mordait.
Klara, tante d'Erzébet, "cette folle qui prenait ses amants sur tous les chemins de Hongrie et jetait dans son lit les femmes de chambre" commente Valentine Penrose. Elle épuisa quatre maris et en assassina un en l’étouffant sous un oreiller. Vers la fin de sa vie, elle entretint un jeune homme à qui elle offrit un beau château, mais un pacha fit rôtir le profiteur à la broche, quant à Klara, elle finit violée par une garnison ; elle n'en serait pas morte, mais on la poignarda pour en finir.

Enfin signalons Andreas, le cousin d'Etienne qui fut tué à coups de hache au sommet d'un glacier.
Erzébet est issue d'un mariage consanguin, Anna : sa mère, soeur d'Etienne Bathory épousa son cousin György Bathory dont elle eut quatre enfants : Istvan un fou sadique, Erzébet et enfin deux filles, Sophie et Claire.


L'époque

Famine et peste régnaient en maîtres, le péril turc était omniprésent, la Hongrie était un grenier qu'ils pouvaient piller à loisir .
Les paysans ne pouvaient aller travailler dans les champs qu'avec l’épée au coté et leur chevaux scellés pour s'enfuir en cas de nécessité. La guerre faisait rage, lors d'une défaite Hongroise, Soliman tint son divan sous une tente rouge où deux mille têtes coupées servaient de trophées ; ils y'avaient des têtes d’évêques, de riches mais celle du roi manquait, on ne la trouva qu'un peu plus tard dans un marais...
La sorcellerie était omniprésente car elle est la fille de la crainte et de la misère. Elle trouvait en ce chaos les forces nécessaires pour grandir, pour prospérer et ainsi étendre les monstrueux tentacules de la superstition et de la folie.




Erzébet Bathory

Elle naquit en 1560. Sa jeunesse se passa dans de sombres châteaux, battus par les vents d'hiver. La mélancolie et la mort furent ses compagnes de jeu. Le danger Turc préoccupait, toujours parvenaient les échos des cris des victimes, les Reines et favoris étaient décapites, assassinés. Les forces de la mort tournoyaient, telle une brume dévorante sur l'ensemble du pays.
Fiançailles à 11 ans avec un Hadasdy, grande famille de Hongrie, Ferencz était né le 6 octobre 1555, grand combattant devant l'ennemi turc, méritant pour sa bravoure le titre de Prince noir.

L'usage voulait qu'Erzébet fut élevée par sa future belle mère, une femme pudibonde qui la privera de toutes les joies de l'enfance, l’assommant de saintes lectures et de prières.
Le mariage eut lieu quatre années plus tard en mai 1575, s'unissaient alors deux des plus puissantes familles du pays.
Les jeunes mariés se fixèrent à Csejhhe, en un château sombre et lugubre sur une montagne désertique. C'est là qu'Erzébet passera la plus grande partie de son existence tandis que son époux guerroie. Elle s'ennuie, seule, abandonnée, elle erre parmi les longs couloirs humides et noirs du château.



Ruines du chateau de Csejthe

Trompa t-elle son mari ? Sans doute, lors de son procès, son lesbianisme fut mis au grand jour, Valentine Penrose fait allusion à une femme mystérieuse, une initiatrice aux amours ancillaires.
Les premières manifestations de sa cruauté se manifestèrent déjà du vivant de son mari. Une parente de ce dernier fut dévêtue, enduite de miel et abandonnée un jour et une nuit dans le jardin pour que les insectes la piquent, l'une des punitions d'Erzébet ...

1579, sa belle mère meurt, c'est de cette époque que date le seul portrait, aujourd'hui disparu de la comtesse. Elle se rendit plusieurs fois à Vienne, déjà le surnom de Blutgräfin, (la comtesse sanglante) circulait. On racontait des histoires de sang coulant dans la capitale, de cris des filles assassinées.
Vers la fin du XVIème siècle, le couple acquit une vieille bâtisse, il semble que son sadisme ne connut plus de bornes. La nuit se gonflait de hurlements et, chaque matin, Illona et Darko son aide jetaient dans la rigole des baquets d'eau rougies.
C'est aussi dans cette maison qu'il fallait verser des cendres tout autour de son lit ; car les flaques de sang, dans sa chambre étaient si vastes, qu'elle ne pouvait les franchir pour aller s'étendre. A cette remarque de Valentine Penrose s'ajoute celle d’ Ilona :

Même en son palais de Vienne, la comtesse cherchait un endroit où pouvoir les torturer à l'abri ; il fallait toujours laver les murs et le plancher .

Les séjours dans cette bâtisse de l'horreur furent toujours exceptionnels. Trois enfants pourtant naquirent, elle sut toujours rester une mère aimante et attentive. Les années passèrentt, contre l'ennui, contre le temps qui passe, Erzébet veut rester jeune et belle.
A cinquante ans, aux dires des témoins, elle présentait un aspect de jeunesse presque effrayant, une pâleur laiteuse qui fascinait et épouvantait à la fois.
Le 4 janvier 1604, son époux meurt, Erzebet est de nouveau seule, veuve. Des lors elle se montrera impitoyable, cette situation lui apporta des forces nouvelles. Les complices redoublent d'effort pour apporter d'autres victimes, en échange de nourriture ou de récompenses, des complices au sein des villages apportent de pauvres jeunes filles à l'ogresse.
La rumeur gonfle, hurle, trop de filles disparaissent ...


Les complices

Ujuary Janos, surnommé Ficzko, un bossu idiot à la fois servile et sadique, il n'avait pas 20 ans lorsqu'il fut condamné .
Jo Ilona entra quant à elle en 1591. Ce fut la nourrice des enfants de Bathory. On la décrit grande, forte, laide et répandant une horrible odeur propre aux femmes qui ne se lavent pas.
Dorotya Szentes, surnommée Dorko, spécialisée dans les incantations et les envoûtements. Kandoska, ivrognesse ayant pour mission de parcourir le pays. Enfin, Katalin Beneizky qui devait faire disparaître les cadavres.
Celle qui sans conteste libéra la folie meurtrière de Bathory fut Anna Darvulia, Ficzko lors du procès avoue que seulement après l'arrivée de Darvulia, les tortures devinrent plus cruelles.
Selon Valentine Penrose, elle fut celle qui initia Erzébet aux jeux les plus cruels, qui lui apprit à regarder mourir. En 1609, lorsque les soupçons se firent plus fort autour de Bathory, la sorcière s'enfuit dans la foret, nul ne la revit jamais.

Quelle sont les parts de responsabilités de cette galerie d'horreur ? Quelle est le rôle exact d'Erzébet ? l'histoire restera silencieuse comme un tombeau...


Les supplices

Lors de son interrogatoire Ficzko déclara :

Elles attachaient les mains et les bras très serrés avec du fil de fer, et les battaient à mort, jusqu’à ce que tout leur corps fut noir comme du charbon et que leur peau se déchirât.
Dorko quant à lui déclara :

Les doigts étaient coupés un à un avec des cisailles, Ilonna apportait du feu, faisait rougir les tisonniers, les appliquait sur la figure, le nez, et la bouche.
Quelquefois les filles étaient laissé sans nourriture et sans eau durant plusieurs jours.
Ilona donne des précisions :

La maîtresse avait fait chauffer à blanc une clé et brûlé grâce à elle la main des jeunes filles. Elle faisait de même avec des pièces de monnaie que les jeunes filles avaient trouvées sans les rendre à la maîtresse.


Justice

Noël 1610, des personnalités avaient demandé accueil à Erzébet, parmi les hôtes, l'Empereur d'Autriche, le palatin Gÿorgy Thurzo, demandèrent officiellement l'asile, en fait devant les rumeurs, Thurzo se livrait à une enquête, il interrogeait, il cherchait .
Vienne l'autorise enfin à une perquisition. La fouille fut accablante, du sang, des corps, l'horreur.

Dans une cellule, le bétail qui attendait les prochaines séances de massacre, elles dirent qu'elles avaient avalé la chair grillée de leurs compagnes mortes ; unique nourriture. On découvrait dans son propre appartement des pentacles et tout un appareil pour des messes impies ainsi que des escaliers secrets menant à des cachots ou à la salle de torture.



Gyorgy Thurzo

La sentence est douce, Thurzo la condamne :

Erzebet, tu es comme une bête. Tu vis tes derniers mois. Tu ne mérites pas de respirer l'air de cette terre, ni de voir la lumière de Dieu ; tu n'es plus digne non plus d'appartenir à la société humaine. Tu vas disparaître de ce monde et tu n'y rentreras jamais, les ténèbres t'entoureront .
Je te condamne à la prison éternelle dans ton propre château.

On décide de cacher l'affaire dans l’intérêt des descendants, Bathory est une famille puissante et connue, le Roi n'approuve pas, le procès se déroula à Biese entre les 2 et 7 janvier 1611.

Attendu que ses complices étaient Ficzko, Jo Ilona et Dorko, et que ces crimes demandent châtiment, nous avons décidé qu'à Jo Ilona, puis à Dora Szentes, les doigts seront arrachés par les pinces du bourreau ; elles seront ensuite jetées vivante dans le feu. Ficsko vu son âge eut droit à une peine plus modéré, il sera décapité avant que son corps ne soit jeté au feu.

Le roi voulut l’exécution d'Erzébet mais une fois encore Thurzo se defendit en rappelant la grandeur des familles qui se terraient derrière le nom de Bathory. Enfin en avril, sans doute sous la pression de la cour royale, on confirma la sentence de Thurzo, la prison perpétuelle.
Erzebet fut emmurée, des maçons bouchèrent les fenêtres, hormis quelques centimètres carrés. Durant trois ans et demi, elle vécut ainsi dans cette lugubre lueur de puits.

Elle mourut le 21 août 1614. Deux témoins attestent de sa mort, la nouvelle recrue qu'on avait mise de garde, curieuse de voir cette goule que l'on disait d'une si grande beauté, jeta un coup d'oeil par l'ouverture et la vit, allongée sur la face immobile ....
Revenir en haut Aller en bas
Tristania
Floodeur padawan


Nombre de messages : 263

MessageSujet: Re: La face cachée de l'histoire   Mer 21 Jan - 3:00

Aleister Crowley





Etrange coïncidence que celle qui arriva le 12 octobre 1875. Vers minuit, à Leamington, naquit Edward Alexander Crowley, surnommé « Alick », hors il se fait qu'à 60 kilomètres de là, se situe Worcester, ville natale d'Edward Kelly, l'assistant de célèbre mage John Dee, le sort en était jeté, dira Crowley, ce signe prouve qu'il était la réincarnation d'Edward Kelly, il était de son devoir de continuer les travaux commencés par ces deux mages. Alors que souvent les enfants se souviennent de leur enfance à partir de l'âge de deux ou trois ans, Aleister, enfant précoce, se remémore les moindres instants de sa venue sur terre, dans ses confessions, il décrira son baptême : « Je me souviens de la forme de la pièce, de la disposition de ses meubles, du petit groupe de frères qui l'entouraient et de la surprise de se voir vêtu d'un long vêtement blanc, d'être soudainement plongé dans l'eau et remonté ».

Le père, un riche brasseur et la mère du jeune Alick, appartenaient à une secte protestante, intransigeante et rigoriste, les Darbystes, appelés également les Frères de Plymouth, ceux-ci croyaient à la vérité littérale absolue de la Bible en tant que message délivré par le Saint-Esprit et inculquaient une grande austérité des moeurs. C'est dans une ambiance où sa mère, une femme étouffante et étriquée, interdisait toute lecture, mis à part la Bible et où tous petits faits et gestes anodins étaient diabolisés , qu'Aleister apprit à haïr le monde, ce contexte famial décida de son destin. De la Bible, il ne retenait que les passages sanglants, le crime rituel de Phineas, mais c'est surtout l'Apocalypse qui attiraient particulièrement son attention, la grande Bête à Sept Têtes et Dix Cornes hantait ses nuits, il songeait déjà au mystère du Nombre de la Bête 666.

Il était âgé de 12 ans à la mort de son père, le voilà seul avec sa mère, cette femme acariatre, qui le comparait à «La Bête de l'Apocalypse » dès qu'il commettait la moindre petite bêtise, contre toute attente, la révolte provoquée par une éducation aussi traumatisante et de telles frustrations s'ébaucha, la Bête se réveillait, la métamorphose s'ensuivit. Très jeune il connut un exhutoire dans l'écriture de poèmes , Crowley se montra prolifique dans ce domaine, influencé par Baudelaire, Swinburne, Keats, on peut le qualifier de symboliste décadent.
« Appolon, qui pleurait le trépas d'Hyacinthe,
Ne voulait pas céder la victoire à la mort.
Il fallait que son âme, adepte de l'essor,
Trouva pour la beauté une alchimie plus sainte.
Donc de sa main céleste, il épuise, il éreinte
Les dons les plus subtils de la divine Flore.
Leurs corps brisés soupirent une exhalaison d'or
Dont il nous recueillait la goutte de -l'Absinthe !
Aux cavernes blotties, au palais pétillants,
Par un, par deux, buvez ce breuvage d'amant !
Car c'est un sortilège, un propos de dictame,
Ce vin d'opale pâle avortit la misère,
Ouvre de la beauté, l'intimine sanctuaire
Ensorcèle mon coeur, extasie mort âme ! »

Son attirance pour le monde occulte, se reflète assez rapidement dans ses lectures et ses écrits, très vite, il s'essayera à des rites magiques. Il passera une partie de son adolescence dans un sinistre pensionnat, ce n'est qu'à la mort de sa mère qu'il sera délivré de ses chaînes, riche héritier, il pouvait enfin se consacrer à ses passions. Il changea son nom en Aleister et signa son premier recueil de poèmes « Alceldama », entretemps il voyagea beaucoup, s'adonna à son sport préféré, l'alpinisme, c'est d'ailleurs au cours d'une de ses ascensions qu'il rencontra un compatriote, Julian C. Baker, bien connu dans le milieu occultiste. Dès son retour en Angleterre, Baker présenta Crowley à George Cecil Jones et le 18 novembre 1898, Crowley est initié au secrets de The Order of the Golden Dawn of the Outer (l'Ordre de l'Aube d'Or à l'Extérieur), dont l'Imperator est S.L. Mathers.



S.L. Mathers


La Golden Dawn est une société d'occultisme étudiant la plus haute magie pratique....les femmes y sont admises au même titre que les hommes...mais chacun s'engage, sous serment, à garder secret l'enseignement communiqué. Cette société étudie la Tradition Occidentale. Des connaissances pratiques sont le privilège des plus hauts initiés qui les tiennent secrètes.

« La Monade Hiéroglyphique » de John Dee et « Le Livre d'Abramelin », sont les deux sources essentielles des rituels de la Golden Dawn.
Aleister s'enflamma pour cet endroit, il se lia d'amité avec de nombreux adeptes, dont le poète William Butler Yeats, Arthur Machen, l'écrivain de génie à qui nous devons « Le Grand Dieu Pan », Bram Stoker et bien d'autres. Un initié influença particulièrement la vie et l'avenir du mage, ce fut Allan Bennett (Frère Iehi Aour), second personnage de la Golden Dawn, un homme aux yeux lumineux et au visage maigre et glabre, le parfait sosie de l'écrivain Lovecraft. Crowley et lui partagèrent un appartement pendant plusieurs mois, Bennett toxicomane notoire, initia Aleister aux stupéfiants et particulièrement à l'opium, ces drogues, facilitaient, dit-on, la relation psychique avec les entités, elles aidaient au développement de l'esprit.


Au sein de la Golden Dawn, s'imposait un homme exceptionnel, Mathers, il n'est autre que le traducteur remarquable des formules théurgiques, des recettes de magie pratique et de la magie cérémonielle contenues dans « Le Livre d'Abramelin ». La recherche de communications avec les Supérieurs Inconnus est un des buts des travaux des initiés, voici quelques extraits de lettres rédigées par Mac Grégor (Mathers) à Crowley : « ...Je ne sais même pas leurs noms terrestres et je les connais seulement par quelques devises secrètes et je ne les ai vus que très rarement dans un corps physique, et dans ces rares cas, le rendez-vous fut pris dans l'Astral par eux....Mes rapports avec eux m'ont prouvé combien il était difficile à être un humain, si avancé soit-il en occultisme, de supporter leur présence...

Je me sentais en contact avec une force si terrible que je ne puis que la comparer à l'effet ressenti par quelqu'un se trouvant près d'un éclair durant un violent orage.... ».
Afin de pratiquer les rites, l'initié doit s'aménager un espace secret où personne ne pourra le voir ni le déranger, voici les conseils donnés par Crowley dans son ouvrage « La Magie en théorie et en pratique » : « L'initié doit disposer d'une demeure où il ne sera ni observé ni gêné. Dans cette demeure, il réservera une place pour le Templum. Celui-ci aura au nord une fenêtre donnant sur une terrasse, à l'extrémité de laquelle on édifiera une loge, analogue à celle du grade de Maître (le troisième degré où le rituel mis en action symbolise la mort et la résurrection d'Hiram, l'architecte du Temple de Salomon à Jérusalem) des francs-maçons. L'officiant disposera d'une robe de lin blanc, d'une couronne, d'une baguette, d'un autel, de l'encens, de l'huile sacramentelle, et d'un pectoral d'argent natif. Tous ces objets ayant été consacrés selon les instructions du Livre d'Abramelin.

La terrasse sera recouverte de sable fin, spécialement consacré. L'opérateur s'astreint à une chasteté complète, à l'isolement et au silence durant quatre mois. Il réduit sa nourriture et sa boisson au strict minimum. Il consacre aux rites et aux cérémonies prescrits par son instructeur le plus clair de son temps, il se tient en communication avec les influx astraux. Il passe les deux derniers mois dans une extase ininterrompue, évitant tout contact avec les profanes. A la fin de ces deux mois, il accomplit alors la grande conjuration : alors son ange gardien lui apparaît dans sa gloire. Un signe apparaîtra sur le pectoral. Préalablement, le magiste aura tracé, selon l'art royal, un cercle magique où il s'enfermera pour supporter, sans s'être embrasé, la puissance radiante de l'entité. Il obtiendra de son ange pouvoir pour soumettre à sa puissance les quatre Archontes (nom grec signifiant chefs) des points cardinaux. » En 1898, Crowley deviendra le propriétaire d'un grand manoir situé en Ecosse, près du Loch Ness, Boleskine, il peut enfin se retirer pendant quelques mois afin d'accomplir les indications du Livre d'Abramelin le Mage, ce rituel, relent des plus anciens mystères, correspond à une mort initiatique au terme de laquelle l'officiant devient mage.


A-t-il réussi ? Personne ne le sait, mais un fait est évident, des phénomènes inexplicables se déclenchaient dans le manoir, Aleister y voyait une alliance avec les entités, nous allons le retrouver avec un nouveau nom : Frater Perdurbado. L'ambiance se dégrada au sein de l'Ordre, on y distingua deux clans, l'un à tendances chrétienne et gaëlique qui suivit Yeats et l'autre à tendances païenne et magico-sexuelle, nommée l'Astrum Argentum, Aleister Crowley en était l'Imperator.

Une période de nombreux voyages succèda à ce conflit, il apprit certaines techniques de yoga à Ceylan, il séjourna au Mexique, ensuite on le vit quelques mois dans le temple shivaïte de Madura, privilégié, il fut le premier occidental à être autorisé à pénétrer dans ce sanctuaire. Il y sera initié à la magie sexuelle appelée « Voie de la Main Gauche, ». Cette magie particulière, peut s'avérer dangereuse pour l'équilibre psychologique de l'initié, de plus, très peu d'occidentaux parviennent au bout de cette initiation. En magie sexuelle, la Voie de la Main Gauche, s'oppose à la Voie de la Main Droite, dualité omniprésente dans la vie, en résumé, ce qui touche le côté droit est bon, ce qui touche le côté gauche représente le mal, l'adepte de la Voie de la Main Gauche est indépendant, il n'est soumis à aucune entité, aucun dieu, cette voie magique et spirituelle prends appui sur la sexualité, le but de cette magie est de réussir en retournant l'énergie cosmique qui se trouve habituellement masquée, dans les conditions ordinaires de vie, par l'_expression de la sexualité animale courante, à faire s'élever, monter ladite force, suscitant ainsi l'illumination, la transfiguration magique de l'adepte. C'est à cette fin et pas dans le but premier de procurer aux partenaires l'intensification du plaisir, qu'est codifiée toute une érotique sacrée. Les partenaires s'unissent intimement sans aller jusqu'au point culminant de l'acte sexuel, ceci peut se pratiquer grâce à des techniques sexuelles spéciales destinées à intérioriser la force orgasmique. Le but est double, un état psychique à même d'engendrer une transe hallucinatoire au cours de laquelle l'imagination des partenaires atteindrait l'extase divine, permettre aussi à la semence de s'intérioriser dans l'organisme des deux amants au lieu de s'épancher.

Pour pratiquer ce type de rite, il faut une attirance sincère l'un pour l'autre, les amants aptes à pratiquer l'érotisme sacré se reconnaissent à divers signes précis. Dans le cas de Crowley, cette cérémonie se déroula sous la direction de deux maîtres aidés de deux prostituées sacrées (représentantes du Shakti, principe cosmique féminin), celles-ci sont toujours choisies pour leur grande beauté et leur perfection sont préparées physiquement, elles sont massées d'huiles odoriférantes selon une technique ancienne : jasmin pour les mains, keora pour le cou et les joues, champa et hina pour les seins, nard dans les cheveux, musc pour le pubis, santal le long des cuisses et safran pour les pieds, s'ensuit le rituel des 5 éléments, commence alors le « jeu du dragon et du tigre », où toutes les positions accessibles sont réalisées. Une pratique importante en magie sexuelle nommée Karessa consiste à réaliser un long coït sans qu'il y ait d'orgasme, les partenaires sont assis l'un sur l'autre en tailleur, l'acte doit enflammer l'imagination. A l'issue de la cérémonie on remettra à Crowley un pendentif sacré en forme de phallus.

La croyance en des couples magiques a toujours été très forte dans certaines sociétés secrètes, de source sûre, Crowley n'atteindra jamais la possibilité de vivre avec son vrai double, la preuve en est, Aleister ne gardera aucune de ses nombreuses maîtresses.


Sa première « Femme Ecarlate », Rose Kelly, était la soeur de son ami Gérald Kelly, il en fut fou amoureux, de leur liaison naquit une fille qu'il nomma Lilith, (Nuit Ma Ahathoor Hecate Sappho Jezebel Lilith) est son nom complet, selon l'avis de Crowley, Lilith préside à l'érotisme, à la magie sexuelle et à la magie noire.



Rose Kelly


Rose s'avère être une médium extraordinaire et c'est au Caire, lors de séances de médiumité que par la voix de Rose, elle-même guidée par une entité assyrienne appelée Aïfass, que Maître Thérion va avoir la révélation du livre qu'il doit rédiger « Le Livre de la Loi » (Liber Al Vel Legis, Sub Figura CCXX), le texte est d'inspiration rabelaisienne et nietzschéenne. L'essence même de ce livre peut se résumer par « Fais ce que tu veux sera le tout de la loi », dans l'imagerie Thélémite, « le sacerdoce est entre les mains d'un couple : le prince-prêtre de la Bête et sa femme, appelée la Femme Ecarlate. Deux personnages venus tout droit de l'Apocalypse de Jean, ouvrage très connu du mage, qui s'identifie maintenant à « The Great Beast, ou 666 de l'Apocalypse de Jean ».


C'est maintenant dans l'étude et l'enseignement de la Loi de Thélème que la vie du mage va se poursuivre, d'autres ouvrages important suivront : « Les Livres Sacrés de Thélème », « The Equinox », « Book of Lies », « The Book of Thoth », « Magick without Tears», etc... L'enseignement du Livre de la Loi marqua désormais la personnalité de 666, il se livra désormais à une vie plus dissipée, amants et maîtresses se succèdèrent dans sa vie, son goût pour les drogues s'intensifia, sa réputation de magicien noir commença à lui nuire, ses messes gnostiques ressemblaient trop à des messes noires, on le soupçonna de contre espionnage. Le mage fait maintenant partie d'un autre ordre l'OTO (Ordo Templis Orientis), société d'origine allemande, elle est une ramification de l'Astrum Argentum. Lors de la première guerre mondiale il partit pour les Etats-Unis, afin d'y instaurer deux temples représentants les deux sociétés secrètes dont il est responsable, il espère aussi y former de nombreux adeptes.
Revenir en haut Aller en bas
Tristania
Floodeur padawan


Nombre de messages : 263

MessageSujet: Re: La face cachée de l'histoire   Mer 21 Jan - 3:01




Il revint ruiné en Angleterre en 1919, on le verra alors en France au côté de Georges Monti, le secrétaire du Sâr Peladan. C'est à Fontainebleau, entouré d'amis et de sa Femme Ecarlate « Alestraël », que 666 prendra l'initiative de s'isoler avec ses disciples, dans un grand domaine ensoleillé où il pourra leur enseigner sa Loi de Thélème. Il choisit en Sicile, à Cefalu plus précisemment, une vaste ferme en ruine, qu'il nomma Thélème, en mémoire de l'abbaye de Thélème décrite par Rabelais dans son Quart Livre, un point commun dans ces deux Thélème, la règle de vie « Fays ce que tu vouldras ».

Les disciples (peu nombreux, il n'y aura jamais plus de 15) l'aideront à restaurer cette batisse, autour du hall central, consacré Sanctus Sanctorum, se trouvaient 5 chambres, décorées de fresques dont les images lui ont été inspirées par ses rêves et ses expériences astrales, on peut y découvrir notamment une « Chambre des Cauchemars ». La presse se déchaîna, on lui imputa tous les vices, mais tous aussi s'accordèrent pour lui reconnaître une qualité : la sincérité, il se croyait véritablement l'élu, celui qui doit propager une doctrine ancienne, oubliée et corrompue par le christianisme.
On peut croire aisément en sa bonne foi en lisant ce passage de « Magick » : « Je me suis constamment voué au Grand Oeuvre, c'est à dire l'oeuvre de devenir un être spirituel, libre de toute contrainte, des servitudes du hasard et des deceptions de l'existence matérielle. Tous les termes habituels impuissants à dénomer mon message : ce n'est ni Occultisme, ni Spiritisme, ni Sorcellerie, ni Théosophisme. Je vais beaucoup plus loin que ces diverses écoles...Je me suis arrêté au terme de Magick comme étant, par essence, le plus sublime et à l'heure actuelle, le plus discrédité des termes...J'ai juré de réhabiliter la Magie et d'amener l'humanité à respecter, à croire et à pratiquer ce qui est actuellement méprisé, haï et craint...

Dans cette transe semblable à la mort, l'esprit devient libre de vagabonder et s'unit au dieu invoqué. Dans la mort, cette union est permanente et va accroître le corps du dieu sur la planète. Nous devrions donc, quand nous le pouvons, nous assurer un endroit fermé et inviolable et y sacrifier quotidiennement des victimes. En même temps, qu'un des frères, au moins, soit réduit à l'épuisement par le vin, par des blessures et par la cérémonie elle-même. Et s'il prononce des révélations, qu'elles ne soient pas consciemment données (c'est à dire qu'elles doivent venir des profondeurs). Si le vrai Dieu est invoqué comme il convient, elles seront divines. » Le cauchemar attend Crowley en Sicile, sa fille préférée « Poupée » meurt dans une clinique de Palerme, en 1924, un disciple de Mega Therion, Raoul Loveday décède lui aussi de manière mystérieuse, il aurait été empoisonné par du sang de chat au cours d'un rite (mais là, rien n'est vraiment prouvé)... il s'ensuivit dès lors contre 666, une énorme campagne de presse, il aurait sacrifié sa fille au diable, on en fit un monstre, la police en profita pour expulser le mage hors d'Italie. Dès lors, les Femmes Ecarlates se succèdèrent, sa vie d'errance recommença, on le vit successivement en France, en Algérie, devenu un vieillard obèse, il échouera au Portugal. Le 1er décembre 1947, la Bête 666 affaiblie et malade s'éteindra à Hastings. Le 5 décembre, on l'incinéra à Brighton, mais, Crowley sortira vainqueur de l'épreuve de la mort, celle-ci fit grand bruit, son corps vêtu de ses vêtements de mage est exposé, on ne s'attendait pas au flux de fidèles du monde entier qui viendront défiler afin de rendre hommage à leur Maître. En guise d'oraison funèbre, le Lord Chief of Justice déclara : « qu'il était le personnage le plus immonde et le plus pervers du Royaume-Uni », ne peut-on pas prendre cela comme un compliment venant d'une telle personne ? A sa mort, Le biographe de Crowley, John Symonds dira ceci de lui : « Le Sexe était devenu pour Crowley le moyen d'atteindre Dieu...Il accomplissait l'acte sexuel non pour des joies émotives ou à des fins procréatrices, mais pour renouveler sa force psychique. Il estimait rendre ainsi un culte au dieu Pan. Opus était le mot qu'il employait à cette occasion, avec référence à la notion hermétique du Grand Oeuvre. Parfois, il se trouvait face à face avec les Dieux... ».

« O corps que le péché rend pâle et beau !
O seins gonflés de venin par les serpents,
De la passion : leur froide bave souille et altère
Les fièvres qui brûlent l'âme, c'est par elles,
Que les feux de l'enfer dans ton coeur commencent sur la terre ! ».



Lien wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Aleister_Crowley


Clip de Ozzy Osbourne : http://www.youtube.com/watch?v=xANS2wAF7ko
Revenir en haut Aller en bas
Nikrax
Floodeur padawan


Nombre de messages : 182

MessageSujet: Re: La face cachée de l'histoire   Mer 21 Jan - 4:29

Ton premier post sur la sorcellerie et le nazisme me font fortement repenser au jeu Wolfenstein ou les SS tente d'invoquer des force maléfique afin de gagner la guerre.

Sujet repris dans des films comme Hellboy qui est pas super.

Je dis ça mais ça sert a rien, merci trista c'est intéressant même si il faut pas tout prendre au pied de la lettre.


study

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Tristania
Floodeur padawan


Nombre de messages : 263

MessageSujet: Re: La face cachée de l'histoire   Mer 21 Jan - 5:20

Ce que j'ai présenté ici est vrai, ce sont des choses qui ce sont passées, après comme tu le dis des jeux ou films s'en sont inspirés et non l'inverse ^^

> A la base de toute légende il y a une histoire vraie.

Ce que j'ai voulu mettre ici sont des parties de l'histoire qu'on ne raconte pas forcément, des personnages qui ne sont pas dans les livres scolaires.

Maintenant comme tu as pu le lire il n'y a rien qui puisse paraître irréel en premier lieu, des faits sont racontés, des idées d'hommes, des tentatives de leur part. C'est pour cela que ce post ne plonge jamais vraiment dans la superstition (j'y fais attention et ma source principale est un très bon site dont je vous distillerais les articles petits à petits).

Enfin tu/vous pouvez faire vos recherches personnelles également afin de détailler tout cela, comme je l'ai déjà dit, même si ce que je post peut s'avérer long pour certains, ce ne sont que de simples résumés.

Il y a toujours existé des confréries secrètes, des monstres, des hommes tentant des choses que l'on pourrait qualifiées d'impossibles. Même de nos jours.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La face cachée de l'histoire   Aujourd'hui à 5:00

Revenir en haut Aller en bas
 
La face cachée de l'histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JV le Mag nouvelle formule : la face cachée de Youtube
» La face cachée de Miglova
» La face Cachée de la lune - Iron Sky
» LA face cachée du cosplay !!
» Dr Jekyll et Mr Hyde, la face cachée du collectionneur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Warcraft EU - Arathi - Enjøy :: L'exterieur :: Flood-
Sauter vers: